Rechercher
  • Céline d'Une Bulle à 2

°° De mémoire de foetus °°


     Grâce à ma formation en préparation affective à la naissance et à ma première grossesse, je sais qu’il est très important de communiquer avec son bébé in utero.


Communiquer, ça veut dire quoi ?


    Communiquer avec un bébé in utero, ça veut dire parler à haute voix avec lui ou parler à l’intérieur de soi, le toucher, jouer avec lui, prendre le temps de répondre à ses petits coups qui sont des marques d’attentions, prendre le temps de le câliner et de lui dire combien on l’aime déjà. En d’autres termes, c’est l’intégrer dans notre vie de tous les jours, tisser du lien affectif avec lui, même s’il n’est encore pas encore né et qu’il n’est encore qu’un fœtus. Il est bon de le faire tout au long de la grossesse, ce qui permet au bébé de se sentir accueilli dans sa nouvelle famille. Il se sentira alors moins en Terre étrangère dans la période d’après-naissance, période où les nouveau-nés sont très vulnérables.



De Mémoire de fœtus – L’héritage familial s’inscrit dans nos cellules dés la conception –Edmée Gaubert – édition souffle d’or.



   Ce livre raconte l’histoire de plusieurs fœtus, à travers des faits vraiment vécues et redécouverts grâce à la mémoire cellulaire. Le corps se souvient de cette période prénatal et laisse une empreinte dans nos mémoires, pas au sens où on l’entend avec des flashs, mais avec des sensations, des émotions, des intuitions,…

Il y a 14 histoires qui vous permettent de vous identifier, en partie ou complètement à ce que ces fœtus ont vécus dans le ventre de leur mère.


    Une histoire m’a particulièrement touché, car j’en parle lors de mes séances de préparation à la naissance. L’histoire est celle de « la femme qui a failli perdre son mari », les futurs parents étaient super heureux d’avoir ce nouveau bébé qui grandissait très bien dans le ventre de sa maman, ils prenaient le temps de communiquer avec lui tous les jours. Le bébé ressentait cet accueil bienveillant.

Un jour le papa eut un accident de voiture, la maman complètement stressée ne parla plus à son bébé, ne pris plus de temps pour lui, car elle passait la plupart de son temps au chevet de son mari. A l’intérieur, le bébé ne ressentait plus que le vide, la peur, le froid, une ambiance glaciale, insécure, il ne comprenait pas ce qui lui arrivait, il était en mode survie.

Il naquit tout mince avec des yeux exorbités de terreur.


    La plupart des gens savent que les bébés, enfants et même les fœtus fonctionnent comme des éponges émotionnelles, ils prennent en charge nos émotions, comme si elles leur appartenaient.

   « Hélas, peu de gens savent encore qu’il est indispensable de verbaliser, pour donner l’information pour sécuriser les fœtus ou les bébés, car ceux-ci se sentent toujours responsables de ce qui arrive à leur maman. »


     Il est important de séparer les émotions, les sentiments de ce que l’on vit, de la relation qu’on établit avec son enfant.

   Cependant on a le droit d’être triste, en colère, d'avoir peur,… C’est très bien, ça lui apprend la gamme des émotions humaines, mais il est indispensable de bien verbaliser ce que nous ressentons, afin de lui ôter de l’esprit que ces émotions ne lui appartiennent en rien, et qu’il n’a pas à les porter.


    Le simple fait de leur dire, de leur parler, leur permet de ne pas vivre cette émotion, sensation, comme la leur. De plus, les bébés/enfants ont une capacité immense à pardonner, ils ne sont pas du tout rancuniers. Ils ont juste besoin d’Amour et de Communication pour bien grandir. 

   Si communiquer avec votre bébé est quelque chose qui vous attire mais que vous ne savez pas comment vous y prendre, vous pouvez me contacter pour faire une séance d’haptonomie.


Céline. ☀️

48 vues

Pour tous renseignements ou prise de rendez-vous, veuillez me contacter, soit par téléphone, soit sur ma page facebook, soit par mail, soit sur la page contact !

D'avance merci,

Céline.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now